Sur le marché québécois de la vente de condos, l’offre de condos usagés est relativement importante, mais avant de conclure une transaction qui a l’air intéressante de par son prix attractif, voici comment savoir si vous allez vraiment faire des économies par rapport à l’achat d’un condo neuf. Acheter un condo neuf, mais surtout un condo usagé nécessite en effet de prendre quelques précautions préalables, éclairages.

Des problèmes dans les parties communes

Avant de passer chez le notaire et d’acquérir un nouveau condo, il y a de nombreuses choses à considérer afin de vous épargner de futures angoisses et complications que vous n’auriez pas imaginées et donc anticipées. Parce qu’acheter un condo veut dire devenir copropriétaire et que c’est notamment dans les parties communes que se cachent souvent les failles des propriétés visuellement propres, il se peut que vous passiez à côté des failles de l’immeuble au moment de vos visites et notamment en écoutant les promesses du vendeur. En effet, parce que la construction de ce type de bâtiment a connu un grand succès durant ces deux dernières décennies, certaines constructions ont été faites rapidement et les vices cachés sont maintenant difficiles à réparer. Les problèmes et les vices cachés se trouvent bien souvent dans les parties communes, que les potentiels acheteurs ne visitent parfois pas ou qui les observent avec moins de précautions, mais qui peuvent pourtant leur coûter une grosse somme d’argent à cause de réparations importantes.

Les problèmes fréquents dans les condos usagés

  • Des portes mal ajustées, qui ne sont pas étanches à la fumée.
  • Des rénovations mal réalisées qui obligent les copropriétaires à réitérer leur dépense pour le même problème.
  • Un système de chauffe-eau trop âgé.
  • Des mécanismes d’ouverture de portes et de rideaux de garage trop usés.
  • La peinture défraîchie à refaire.
  • Des balcons hors normes de sécurité.
  • Une toiture, des balustrades ou des fenêtres à remplacer.

Même si les condos usagés ont été construits dans les règles de l’art, et avec respect des normes, après 10, 15 ou 20 ans d’utilisation, des remplacements, des réparations, mais aussi un entretien important doivent être effectués à la charge des copropriétaires. Ces obligations pour le bien de la copropriété et de l’immeuble peuvent alors faire fortement augmenter le budget que vous devez allouer à l’achat d’un condo usagé, et même parfois être plus dispendieux que l’achat d’un condo neuf directement.

Avant de conclure la transaction

  • Interrogez des personnes déjà copropriétaires du condo afin de vous rendre compte de l’état de l’immeuble et des ressentis des personnes qui y vivent.
  • Faites des recherches sur le constructeur de l’immeuble et sur sa réputation. Vous pouvez consulter son site internet, mais aussi des articles de presse le concernant.
  • Exigez des comptes-rendus récents de conseils d’administration des syndicats de copropriété si vous le pouvez.
  • Demandez des preuves des sommes déjà émises dans le fonds de prévoyance en prévision de l’absorption de la somme des prochains travaux.
  • Réalisez une inspection préachat qui concerne les parties privatives autant que les parties communes peut-être avec un professionnel qui saura déceler les vices cachés.
  • Comparez le prix de l’achat d’un condo usagé avec ses réparations normales dues au vieillissement du bâtiment avec celui d’un condo neuf qui ne requiert pas de réparation.

Acheter un condo usagé au Québec peut alors vous faire faire des économies dans certains cas, mais vous devez vous tenir au courant des travaux qui se présenteront à vous dans un avenir proche ainsi que des frais associés. Vous devez également prendre en considération la charge de ses travaux sur votre quotidien et pesez les pour et les contres dans votre propre situation financière et personnelle.

 
temp video