Vous en avez visité pendant des mois, vous avez eu un coup de foudre, vous avez fait une offre et vous voilà enfin prêts à prendre possession de la maison qui sera la vôtre pour les années à venir, votre futur foyer et le nid de votre famille. Mais avant de signer le contrat de cette maison unifamiliale à vendre, prenez un temps de pause pour vous assurer d’inspecter tout le nécessaire.

Choisir un inspecteur

Après avoir vu sa promesse d’achat acceptée, on dispose de sept à dix jours pour faire inspecter la maison. Cette étape n’est pas obligatoire, mais on la recommande pour s’assurer qu’aucun défaut n’ait été ignoré. Ainsi, l’inspecteur, qui devra être membre d’un ordre professionnel et détenir une assurance responsabilité professionnelle valide, parcourra la maison pendant une à deux heures pour procéder à un examen visuel (et non technique) de la maison. Suite à son rapport, les futurs acheteurs disposent d’éléments pour potentiellement renégocier le contrat de vente, voire retirer leur promesse d’achat.

1. Vérifier la toiture et l’extérieur de la maison

Pour déceler des défauts mais aussi simplement pour connaître sa toiture, on demandera à y jeter un coup oeil avant de signer l’achat de sa maison. Ainsi, on vérifiera l’état des matériaux et de l’isolation pour vérifier si de l’eau s’est infiltrée ou si des fissures ou éléments de détérioration sont visibles. On jettera également un oeil à toutes les composantes comme les gouttières et l’entretoit.

On fera le même exercice pour le revêtement de la maison. Qu’il soit en brique, en vinyle ou en bois, le revêtement extérieur devra être observé et évalué pour en vérifier l’état. Les portes et fenêtres sont également un élément important à valider, notamment au niveau de l’isolation qui serait potentiellement à l’origine d’une perte de chaleur et d’eau qui pourrait s’avérer coûteuse.

2. Vérifier le système électrique

Au-delà de pouvoir simplement localiser son panneau électrique, il sera important de valider si le panneau répond aux normes en vigueur. S’il est ancien, il devra peut-être être changé pour quelque chose de plus récent. On vérifiera également l’état des interrupteurs, des prises et du système d’éclairage, des disjoncteurs et des prises électriques sujettes à l’humidité.

3. Contrôler la plomberie

Il sera tout aussi important de se renseigner sur la plomberie de sa maison et d’en vérifier l’état (les robinets, le chauffe-eau et la tuyauterie). On testera également la pression d’eau dans la maison en utilisant plusieurs robinets à la fois tout en tirant les chasses d’eau, pour éviter toute mauvaise surprise lorsqu’on prendra possession des lieux.

4. Examiner l’aération

Il sera tout aussi important de vérifier l’état des conduits d’aération, incluant l’échangeur et l’évacuation de l’air, mais aussi le taux d’humidité dans la maison. En effet, un intérieur ou un sous-sol très humide entraînera des dépenses supplémentaires pour pouvoir y pallier afin d’y vivre confortablement. Si un système de climatisation est en place, on en vérifiera également le dispositif.

5. L’intérieur et autres éléments

Après avoir fait le tour de la maison, on se concentrera sur son intérieur, en portant attention aux traces de moisissures, aux murs porteurs et de séparation, aux escaliers et à chacune des marches, aux balcons et entrées, ainsi qu’aux systèmes de sécurité et d’alarme (fumée, monoxyde de carbone, serrures, etc.).

 

Finalement, l’étape d’inspection peut être longue et fastidieuse, surtout si la maison est ancienne, mais elle permet de protéger l’acheteur tout en lui donnant une marge de négociation. Comme pour tout achat important, on s’assurera d’avoir toutes les informations en main avant de franchir le pas et on s’accompagnera d’un professionnel chevronné pour cela.

 
temp video