Selon un récent sondage, deux tiers des Québécois sont prêts à dépasser leur budget pour accéder à la maison de leur rêve, même si cela doit les mettre en difficulté financièrement : c’est dire combien l’achat de leur maison leur tient à cœur. Mais que choisir entre les maisons unifamiliales, et celles en copropriété, comment prendre la bonne décision?

La maison unifamiliale, le coup de cœur des Québécois

La maison unifamiliale offre des volumes, un confort et une indépendance inégalés. Du sous-sol au grenier, en passant par le jardin ou la cour, chaque membre de la famille peut avoir son propre espace et s’épanouir pleinement. Le propriétaire d’une maison unifamiliale est également beaucoup plus libre qu’en copropriété pour effectuer des travaux. Par exemple, on ne lui impose pas une couleur ou un type de façade lorsqu’il procède au ravalement de sa maison. Si la maison unifamiliale reste le premier choix des Québécois, elle devient de plus en plus inaccessible du fait de la flambée des prix. Et il faut souvent faire le choix cornélien entre s’éloigner du centre-ville pour se payer une maison unifamiliale ou opter pour une maison en copropriété afin de vivre près de son travail et éviter de passer son temps libre dans le trafic.

La maison en copropriété, entre condo et maison unifamiliale

Les maisons en copropriété sont des lots de copropriété indivise car elles sont construites sur une même parcelle de terrain. On qualifie l’ensemble des lots de copropriété horizontale, par opposition aux condos qui constituent une copropriété verticale. Il existe deux sortes de maisons en copropriété, et chacune a ses spécificités :

  • La maison de ville dite maison en rangée : mitoyenne des deux côtés, la maison de ville offre plus d’indépendance et d’espace qu’un condo. Elle présente les mêmes avantages qu’un duplex mais sans voisins au-dessus ou en dessous, et comprend un grenier, un sous-sol ou des espaces extérieurs privatifs. Dans ce type de copropriété, les maisons constituent les parties privatives et les espaces communs tels que les allées de circulation, les terrains de sport, la piscine etc, les parties communes, dont les travaux sont pris en charge par l’ensemble des copropriétaires. Plus abordable qu’une unifamiliale, la maison en rangée permet de vivre dans une maison tout en restant dans la première couronne, contrairement aux maisons unifamiliales qui nécessitent souvent de déménager en banlieue pour des questions de budget.
  • La maison jumelée ou maison semi-détachée n’a pas de parties communes avec les autres biens et les maisons sont gérées de manière individuelle sauf en ce qui concerne le mur mitoyen et le terrain. Confortable et nécessitant peu d’entretien, le jumelé convient aux célibataires comme aux familles. Moins cher à l’achat qu’une maison unifamiliale, le jumelé permet d’économiser également 15% sur les dépenses de chauffage. Abordables et pratiques, les maisons jumelées constituent un choix idéal pour les jeunes familles qui recherchent de l’espace avec un budget limité, l’investissement dans ce type de biens pouvant constituer l’étape précédant l’achat d’une maison unifamiliale. Les jumelés sont de plus des logements qui se revendent bien, surtout si la maison a été correctement entretenue.

 

L’achat d’une maison représente généralement l’investissement le plus important que l’on fasse dans sa vie. Si, au Québec, la maison unifamiliale reste la propriété la plus populaire car elle confère une vraie indépendance, la maison en copropriété constitue une alternative intéressante. Véritable compromis entre condo et maison, elle est plus facilement accessible car elle nécessite un budget bien moins important, tant pour l’achat que les dépenses courantes.

 
temp video temp video